Le mercredi 08 mars est une nouvelle étape dans ma passion puisque j'ai fait l'acquisition de mon premier couple de gris du Gabon "sauvages" .

Il s'agit d'un couple d'exportation que j'ai eu la chance de pouvoir racheter à l'éleveur d'où vient mon petit Paquito, que j'ai pu élever à la main.  Lorsque j'étais allée la première fois chez cet éleveur que je qualifierai de modèle j'avais été subjuguée par son élevage.  Il m'avait présenté ses couples de gris du Gabon en pleine reproduction.  J'étais donc certaine que mon nouveau futur couple était un bon couple reproducteur pour autant que je respecte bien les conditions d'élevage que je vous expliquerai ci-après.

Cet éleveur possédait 3 couples de gris du Gabon mais l'évolution de sa carrière professionnelle ainsi que celle de sa compagne l'obligèrent à s'en séparer à contre coeur par manque de temps pour encore pouvoir s'en occuper correctement.  Ma chance fut de lire son annonce  à peine un quart d'heure après qu'il l'eut écrite aussi je fus la première à le contacter.  Je lui réservai donc un couple en précisant qu'il ne devait pas s'agir des parents de Paquito afin de n'avoir aucune consanguinité entre mes gris du Gabon.  C'est donc grâce à ce destin que je pus enfin réaliser mon rêve plus rapidement que prévu tout en étant certaine de la qualité de mes futurs oiseaux.  Je reçus en prime leur boxe de reproduction avec leur nid .

Le hasard voulut également que la femelle fut prête à pondre;  En effet, depuis quelques jours l'éleveur avait remarqué qu'elle était tout le temps dans son nid, signe d'une ponte imminente.  Afin de ne pas la perturber, l'éleveur réussit à isoler le couple au moment où ils étaient tous les deux au nid ce qui évita de les manipuler pour le transfert vers mon domicile ce qui, pour une femelle prête à pondre est toujours risqué.  Il masqua l'entrée du nid les plongeant ainsi dans l'obscurité ce qui eut l'avantage de ne pas leur provoquer le stress du voyage.

Lorsque je rentrai à la maison, ma première chose fut de remonter le boxe de reproduction après l'avoir nettoyé .  Le nid à peine fixé, je déviçai la plaque bloquant son entrée, libérant du même coup mes deux oiseaux. J'avais bien pris soin de leur remplir leur trois bols du plateau tournant avant de leur ouvrir aussi ils purent directement se nourrir et s'abreuver après quoi la femelle retourna directement au nid. 

Cela fait maintenant 4 jours que mon couple est à la maison; je n'ai toujours pas d'oeuf mais la femelle est continuellement au nid n'en sortant que pour se substanter.  Le mâle quant à lui reste de planton prêt à défendre son territoire à la moindre de mes approches.  Son attitude est pour le moins dissuasive lorsqu'il gonfle ses plumes en écartant légèrement ses ailes, la tête baissée en poussant un cri ressemblant à celui des maroux se disputant une chatte en plein milieu de la nuit.  Si j'ai le malheur d'insister il plonque directement sur les barreaux et je peux vous garantir que vous n'avez à ce moment là pas intérêt à vous éterniser contre la parois du boxe sous peine de vous voir arracher une partie de votre doigt.  Lorsque ma présence se prolonge il tape alors de son bec contre la parois pleine de son boxe provoquant alors une résonnance qui à elle seule suffirait à réveiller toute la maison.

Je n'ai donc pas encore eu l'occasion d'observer mon couple en période dite "normale" me permettant ainsi d'établir une comparaison avec mes oiseaux élevés à la main que je ne manquerai pas de vous expliquer le moment venu.

J'espère aussi avoir rapidement des jeunes afin de pouvoir vous présenter l'évolution d'un gris du Gabon de sa naissance jusqu'au sevrage.